cbtij realizacoes dia mundial 2 seminario nacional13 2004C'est avec grande satisfaction que j'ai participé au Cap Spartel Film Festival pour sa 5e édition, en qualité de présidente du jury qui a décerné les prix et comme coordinatrice d'un atelier sur la lecture des films du côté des spectateurs. Le thème fédérateur des œuvres, “Identités et Minorités”, opportun et pertinent, a assuré la diffusion de courts-métrages très intéressants et parfois surprenants.
L'aspect le plus fort de ma participation à ce festival a été l'expérience que j'ai eu l'occasion de faire avec des spectateurs d'âges et de conditions sociales variés. Comme dans la recherche que je réalise actuellement sur les spectateurs de théâtre au Brésil, j'ai pu coordonner dans ce festival des dialogues entre les spectateurs et les films projetés récemment, dans l'objectif de les faire s'exprimer sur leur relation avec le cinéma. Ainsi, des souvenirs de scènes marquantes ont été partagés entre les spectateurs, et un des films du festival a fait l'objet d'une conversation délicate, où nous avons noté combien la divergence d'opinions est une possibilité souhaitée quand il s'agit d'apprécier des œuvres d'art. Les résultats observés indiquent des pistes prometteuses dans le sens d'établir des relations entre ce qui a attiré l'attention dans les films et la subjectivité des spectateurs.
Une réflexion postérieure sur le thème de la prochaine édition m'a permis de formuler, avec l'organisation du festival, une proposition: la réalisation de rencontres avec des invités qui discuteraient des œuvres et formuleraient des questions pour l'observation des spectateurs.
C'est en tant qu'art, comme manifestation symbolique virulente et souvent dérangeante, que le cinéma peut fournir des pistes précieuses pour le changement des regards sur le monde et sur l'autre, regards fréquemment cristallisés.
Professeur Dr Maria Lúcia de Souza Barros Pupo
Ecole de Communication et d'Arts (Escola de Comunicações e Artes)
Université de São Paulo
São Paulo, avril 2018